BDSM soft. Ma première soirée.

Jamais je n’aurais pensé être initiée aux plaisirs BDSM soft lors de cette soirée.
Voici comment ils m’ont traitée… les coquins.

Comme prévu nous avons retrouvé B notre licorne chez elle. Dans son appartement.
Tout a commencé normalement… Apéro, bisous, rires…

Elle nous a emmené dans sa chambre. Nous la connaissons bien, nous avons déjà fait de nombreux trios avec elle.

Debout dans un premier temps, nous avons échangé de longs baisés tous les 3.
Elle m’a demandé de m’asseoir sur le bord du lit.
Elle m’a bandé les yeux.

Comme j’ai une totale confiance en B je me suis prêtée au jeu.

Puis ils m’ont attachée… les mains dans le dos.

Elle m’a mis un collier de #soumises et j’ai longuement sucé mon compagnon pendant qu’elle m’embrassait dans le cou.

bdsm soft

Attachée, les mains dans le dos, c’est la première fois que j’étais contrainte.
Je me suis dit qu’ils avait dû préparer tous les deux cette séance en prévision de cette soirée.
Mon partenaire devait forcement être le complice de ces manigances.
Peut importe, j’ai totalement confiance. Je me laisse porter.

Ce n’était que le début…

bdsm soft

Je l’ai entendu aller chercher quelque chose de lourd. Et au bruit caractéristique, j’ai deviné qu’il s’agissait d’une valise.
Bruits d’objets. Bruits de chaînes.
Ahhh j’adore le bruit des chaînes. Il a dû lui dire.

Ils m’ont mis sur le dos, puis elle a commencé à s’occuper de moi….
Tout doucement pour commencer.
Puis plus fort.
C’était un mélange d’excitation, de picotement et de chaleur.
Sous la vague de plaisir, j’ai refermé mes cuisses.

Ça l’a contrarié…

Alors elle m’a retourné et attaché pour que je cambre bien…
Elle aime quand je cambre…
Puis elle a repris sa cravache.

bdsm soft

Mais elle ne l’a pas utilisée.

Elle a sortie des pinces à linge. En bois. Et elle me les a mis là où ça picote le plaisir.
Ils ont joué avec. Les faisant bouger, balancer.
J’ai joui. Encore.

bdsm soft

Silence.

Quand elle les a retiré, j’ai ressentie des sensations nouvelles.
Cette vive brûlure qui ne dure qu’un instant. Je m’électrise de nouveau…
Ma tête tournait de plaisir.

Ils m’ont remis sur le dos.
Ensuite ma nouvelle maîtresse (c’est comme ça qu’on dit?) a enfilé son gode ceinture et m’a prise pendant que je léchais, suçait, absorbait mon compagnon.
Les chaînes posées sur mon ventre glissent et vibrent sensuellement. J’adore leur contact.

Puis ils m’ont remise sur les genoux, il s’est glissé dessous, elle m’a prise par derrière.
Je vous laisse imaginer cette double, moi toujours les yeux bandés.
Le temps s’est arrêté. J’étais plaisir. J’étais Orgasme.

De cette sensation incomparable d’être emplie, comblée dans tous les sens du terme, j’ai hurlé !

J’ai hurlé de Bonheur !

Les sujets qui pourraient vous intéresser ;)